U.S.A : ZENITH ROYAL TRANS-OCEANIC

INTRODUCTION

Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-D

Ce type de récepteur "multibandes" est loin des pockets présentés sur ce site. Cependant, possesseur de plusieurs modèles, il m'a semblé utile et important de le présenter sur ce site.

C'est certainement, le récepteur multibandes qui m'a le plus fait rêver. Adolescent en 1966, je m'arrêtais régulièrement devant la vitrine du magasin qui était rue des Pyramides près de l'avenue de l'Opéra à Paris et j'observais pendant de longues minutes cet appareil. Le prix affiché avoisinait  les 2 700 Francs, ce qui était une somme considérable pour l'époque. Il ne me paraissait pas imaginable qu'un jour, je puisse en acquérir un.

Pour l'amateur de "World Band Radio", ce sont des modèles incontournables qu'il faut posséder dans sa collection.

Dimensions : 32 cm x 26,7 cm x 12,2 cm

Poids hors piles: 5 Kg pour le 1000-D et 1000-1, le 3000-1 pèse 5,2 Kg. .

ZENITH ROYAL 1000-D

  • Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-D
  • Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-D
  • Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-D

La série ROYAL de Zénith a pris la succession du Trans-océanic 600 à tubes en décembre 1957. La première génération du Royal 1000 n'a durée qu'un an et fut remplacée dès 1958 par le ROYAL 1000-D qui était équipé d'une neuvième bande en option : les grandes ondes.

D'un point de vue fabrication, c'est une construction rigide avec un châssis interne métallique. Lorsque l'on déplie les deux panneaux avant, apparaît un superbe planisphère représentant les fuseaux horaires. Le concept "Wavemagnet" (antenne détachable) a été repris de son prédécesseur à tubes. Il est à noter que le cadran de la bande MW ainsi que les modèles suivants possède les repère "Civil Defense".

En terme de conception, il s'agit d'un récepteur superhétérodyne à simple changement de fréquence avec une F.I à 455 KHz.

Pour l'époque, il s'agissait d'un très beau design avec une finition assez luxueuse et avant-gardiste. Il est à noter qu'il a existé une version militaire de ce récepteur sous la référence R-1000(M) qui est relativement rare à trouver. Il avait la caractéristique de couvrir en continu de 100 KHz à 30 MHz, le bouton de tonalité commandait un BFO.

  • Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-D

Il existe pour ce récepteur 5 types de châssis différents : un sans numéro ?, et 4 portant les numéros : 9AT41Z2 (1959), 9AT40 (1959), 9CT41Z2 (1959 et 1960) et 9HT41Z2 (1961). Ce sont ces numéros qui permettent de dater plus précisément l'appareil. J'indique seulement l'année d'après ce que j'ai pu voir passer sur le marché des collectionneurs. Il vaut mieux se référer aux ouvrages spécialisés pour dater préciement ce type d'appareil.

L'exemplaire présenté porte le N° de châssis 9HT41Z2 et a donc été fabriqué en 1961.

Au niveau réception, il couvre la gamme PO (540-1600 Khz), 7 gammes OC (2-4 Mhz, 4-9 Mhz, 9,4-10,1 Mhz, 11,4-12,3 Mhz, 14,6-15,8 Mhz, 17,1-18,5 Mhz et 20,7-22,5 Mhz). Il est à noter qu'il englobait les bandes amateurs 3,5-3,8 Mhz et 7-7,1 Mhz (hors BLU) ainsi que plusieurs bandes marines.

Ce modèle à une particularité puisqu'il est aussi équipé de la gamme des grandes ondes (LW) qui couvre 150 Khz à 400 Khz dénommée "LongWave FAA Weather" qui était  à l'époque proposée en option pour 25 $. Pour mémoire, il a été commercialisé jusqu'en 1962 et valait 275 $ aux U.S.A.

Zenith Trans-Oceanic 1000-D In

Enfin, un autre détail que l'on peut voir sur la photographie ci-contre. En haut du châssis, il y a une prise "Cinch Phono" ainsi qu'un commutateur Radio / Phono que l'on ne retrouve pas sur le modèle 1000-1 ci-dessous.

Piles Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-D
L'étui des piles s'emboîte dans la partie basse à droite en superposition dans le récepteur. Il est raccordé au châssis de celui-ci à l'aide d'un connecteur trois broches.
Comme beaucoup d'appareils de cette époque, les contacts ont souvent été endommagés par les fuites de piles.

ZENITH ROYAL 1000-1  

  • Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1
  • Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1
  • Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1
  • Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1

Dernier modèle de la série ROYAL 1000 sorti en 1964, le -1 indique qu'il est équipé d'une entrée pour une alimentation 12 volts. Les modèles 2000 et 3000 furent annoncé en même temps en décembre 1963.

Ce modèle a été produit sous deux châssis différents : 9HT40Z2 (1963) et 9HT40Z8 (1965). L'exemplaire présenté porte le N° de châssis 9HT40Z2 et semble avoir été fabriqué en 1964.

Au niveau réception, il couvre la gamme PO (540-1600 Khz), 7 gammes OC (2-4 Mhz, 4-9 Mhz, 9,4-10,1 Mhz, 11,4-12,3 Mhz, 14,6-15,8 Mhz, 17,1-18,5 Mhz et 20,7-22,5 Mhz). Il est à noter qu'il englobait les bandes amateurs 3,5-3,8 Mhz et 7-7,1 Mhz (hors BLU) ainsi que plusieurs bandes marines. Bien que fabriqué après le 1000-D, il n'offre pas la bande LW et ne possède pas de commutation Radio / Phono.

D'un point de vue des performances, je n'ai pas noté de différences fondamentales entre le Royal 1000-D et le Royal 1000-1.

Tout confondu dans la série Royal 1000, il s'est vendu 165 721 unités de ce récepteur  entre 1957 et 1965.

ZENITH ROYAL 3000-1

  • Zenith Royal Trans-Oceanic 3000-1
  • Zenith Royal Trans-Oceanic 3000-1
  • Zenith Royal Trans-Oceanic 3000-1

Le Zenith Trans-Oceanic Royal 3000 a été annoncé fin 1962 et il a été produit jusqu'au milieu de l'année 1965 mais diffusé jusqu'en 1969. On remarque de suite des modifications de présentation de la facade : nouveau logo en bas à gauche et un champs doré sur tout le panneau avec l'inscription "All transistor Trans-Oceanic" du plus bel effet.

On distingue trois châssis : 12K40Z3 (, 12KT40Z3, et 12KT40Z8. Les deux premiers ont équipé le modèle 3000 et 12KT40Z8 pour le 3000-1.

Au niveau circuit, il s'inspire du modèle 1000-D auquel a été ajouté un transistor supplémentaire pour fournir plus d’amplification à la F.I et deux transistors pour l’amplification et le mixage FM / RF. Le modèle présenté est équipé du châssis 12KT40Z8 probablement fabriqué en 1968.

En termes de réception, il couvre les gamme d'ondes : (LW) de 150 Khz à 400 Khz dénommée "LongWave FAA Weather", PO (540-1600 Khz), 6 gammes OC (2-4 Mhz, 4-9 Mhz, 9,4-10,1 Mhz, 11,4-12,3 Mhz, 14,6-15,8 Mhz et 17,1-18,5 Mhz). La gamme "20,7-22,5 Mhz" présente chez ses prédécesseurs a disparue mais compensée par la présence d'une bande FM qui couvre de 88 à 108 MHz. Les bandes amateurs 3,5-3,8 Mhz et 7-7,1 Mhz (hors BLU) sont bien couvertes ainsi que plusieurs bandes marines.

Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1
Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1
Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1

La facade intérieure n'est guère différentes des autres modèles sauf la présence d'un commutateur AFC pour la FM. L'emplacement du contrôle de tonalité et de la prise casque sont placés différemment. L'accès arrière se fait en dévissant une grosse vis du capot bombé. Par rapport aux modèles 1000, ce nouveau capot permet une fermeture plus facile puisque le bac à piles s'insère bien dans cet espace. On remarquera que l'implantation ainsi que le châssis ont été modifiées sur le modèle 3000.

Le récepteur Zenith Trans-Oceanic Royal 3000 (tous modèles confondus) a été produit à 83677 unités.

CONCLUSIONS

Zenith Royal Trans-Oceanic Map

Plus de 40 ans après leur sortie, la qualité de réception de ces matériels reste excellente avec une sonorité d'écoute encore agréable aujourd'hui. En terme de vieillissement, hors les problèmes ponctuels de condensateurs et transistors hors-service, ce sont les chromes du coffret 1000-D qui souffrent de cloques apparentes. Le plastique de la poignée antenne amovible est très fragile et surtout difficile à trouver en remplacement. Attention aussi au bac à piles qui comme dans beaucoup d'appareils souffre des fuites de piles.

Ce récepteur a été le précurseur de toute une génération de multibandes à transistors. Il sera concurrencé plus tard par les marques allemandes Grundig (Satellit) et Braun (T100) puis par les japonais dont Sony. La diffusion des 1000 et 3000 se terminera en 1969 avec l'apparition des modèles "7000, 7000-1, D-7000 et R-7000" qui seront fabriqués jusqu'en 1982 et offriront 11 gammes d'écoute.

Volontairement, je ne suis pas entré dans le détail du schéma électrique de ces récepteurs.Je laisse le soin au lecteur ou au dépanneur de se faire sa propre idée de la conception d'un tel appareil.

DOCUMENTATIONS

Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1 Guide

La documentation relative aux matériels 1000 et 3000 est disponible gratuitement sur de nombreux sites Internet. Les plus courant étant le manuel "Operating Guide" du modèle Trans-Oceanic 1000 ainsi que le "Service Manuel" relatif au châssis "9CT40Z2" qui contient les procédures d'alignement du récepteur. Pour ce qui concerne le Zenith Trans-Oceanic 3000-1, il existe le "Service Manuel" relatif au châssis "12KT40Z8".

Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1

Le récepteur était livré avec un petit manuel "The log chart" dont vous pouvez voir ci-contre deux extraits, Il était inséré dans le compartiment avant sous le planisphère. Une sorte de condensé du World radio Handbook (ou WRTH).  

Zenith Royal Trans-Oceanic 1000-1

BIBLIOGRAPHIE

  • Zenith Royal Trans-Oceanic
  • Zenith Royal Trans-Oceanic

Pour les passionnés de ce type de récepteur, je recommande l'achat du livre : "The Zénith Trans-Oceanic" d'après John H.Bryant & Harold N.Cones aux éditions Schiffer.

Ce splendide recueil rédigé en Anglais traite toutes les générations de Trans-Oceanic, aussi bien ceux à tubes qu'à transistors.

Par ailleurs, il contient de nombreuses informations sur chaque modèle commercialisé dont les publicités d'époque, la nomenclatures des pièces détachées ainsi que des conseils de restauration. En effet, le référencement des semi-conducteurs étant un peu particulier chez Zenith, il existe dans cet ouvrage une table de correspondance pour leur remplacement.

Récemment, les auteurs viennent de sortir une seconde édition, révisée et complètée avec de nouvelles photographies, documents et informations inédites pour la collection et la restauration de ces radios.

Il est à noter qu'un autre recueil des mêmes auteurs a été édité en 1997 et traite la période 1919-1935 de la compagnie Zenith : "The Early years 1919-1935".